Charte éthique et code de déontologie du CEG-t


Notre posture de gestalt-thérapeute nous amène à considérer que le monde et l’individu adviennent perpétuellement à l’occasion de leur rencontre. Ainsi la relation thérapeutique relève de la co-construction.

Ceci nous amène à donner le primat à une éthique de la situation plutôt qu’à des règles déontologiques.

Nous réunissons dans une charte toutes les recommandations éthiques venant soutenir les gestalt-thérapeutes dans leurs réflexions et leur pratique au fil des situations qu’ils rencontrent. Cette charte propose un regard sur l’être-ensemble, ouvre des directions de sens destinées à être en permanence questionnées dans le cadre d’une réflexion commune.

Pour citer Paul Ricoeur, l’ambition de l’éthique est de « reconstruire tous les intermédiaires entre la liberté, qui est le point de départ, et la loi, qui est le point d’arrivée ». C’est pourquoi nous avons réuni un certain nombre de règles impératives qui constituent notre code de déontologie.

La Commission d’Éthique et de Déontologie a, essentiellement, un rôle d’information, de prévention, de soutien, de conseils et d’examens des requêtes. Elle est à la disposition des gestaltthérapeutes et des patients pour examiner tout problème relevant de sa compétence.

Charte éthique


INTRODUCTION

L’éthique fait « advenir la liberté de l’autre comme semblable à la mienne. L’autre est mon semblable ! Semblable dans l’altérité, autre dans la similitude. » (Paul Ricoeur)

L’éthique fonde notre humanité dans le sens où elle implique que nous avons conscience de l’existence de l’Autre. Elle fait référence à notre anthropologie, c’est à dire la façon dont nous nous percevons, moi et l’autre, l’autre et moi, en tant qu’êtres humains.

En tant que gestalt-thérapeute, nous nous appuyons sur une anthropologie commune faisant référence à un regard de champ et une clinique de situation.

Cette charte est un appel à la réflexion et pose quelques points de repère dans le processus de questionnement jamais achevé qui constitue l’éthique.

Il est important de nommer que la question éthique fait partie du fond thérapeutique. Dans certaines situations, le rapport figure/fond va faire apparaître un questionnement éthique. Traversant des situations confrontantes ou ambigües en tant que thérapeute, plusieurs questions peuvent se poser, dont par exemple :

- L’émotion que je ressens dans cette situation : Que puis-je endurer ? Qu’en est-il de ce que j’imagine que le patient peut endurer ?
- La posture que je tiens en tant que thérapeute : Comment vais-je pouvoir soutenir la situation ? Que puis-je nommer de ce qui est là ? Comment le mettre au travail ? Comment co-construire avec le patient, soutenir le processus ?
- Le questionnement éthique : Quelle est la finalité de mon action dans cette situation ? Comment partager cela avec le patient ? Comment co-construire une éthique avec mon patient ? Qu’est ce qui me paraît juste comme acte à poser avec mon patient ? Qu’est-ce qui paraît juste à mon patient ? Comment confronter les deux ? Que puis-je mettre en acte, au service de quoi et de qui ?
- Le code de déontologie : Quelle est la loi ? Qu’est-ce qui peut être soutien pour moi et le patient dans ce qui se traverse ? Qu’est-ce qui peut m’être reproché ?

Cette charte va aborder un certain nombre de points non exhaustifs, comme un appel à une réflexion permanente sur notre pratique. Car « l’éthique, c’est le travail que je consens à faire avec d’autres dans le monde pour réduire, autant que faire se peut, l’inévitable écart entre mes valeurs affichées et mes valeurs pratiquées » (Jean-François Malherbe).

1 - RELATIONS THERAPEUTE ET CLIENT

a) Le gestalt-thérapeute porte son attention sur le déploiement des capacités d’ajustement créateur à l’oeuvre dans la situation. Il est partie prenante de cette exploration en étant vigilant aux entraves résultant de ses propres représentations. Il accompagne le patient dans l’exploration de ses limites dans ce processus. Notamment dans le cadre des expérimentations qui peuvent être proposées, le gestalt-thérapeute s’assure du consentement de son patient, dans le respect de l’intégrité morale et physique de ce dernier.

b) Il arrive que certaines relations, valeurs ou engagements extérieurs entretenus par le gestaltthérapeute puissent entrer en conflit avec les intérêts du patient. En voici quelques exemples non exhaustifs :

- superposition de rôles,
- enchevêtrement,
- suivi individuel de plusieurs membres d’une même famille.

Lorsqu’un tel conflit d’intérêts est susceptible de se présenter, il relève de la responsabilité du gestalt-thérapeute de le déclarer et de mettre au travail avec son patient ce qu’engendre cette situation. Cette réflexion et cette mise au travail ne peuvent être éludées.

c) Il est préconisé d’éviter les conflits d’intérêt dans les différents engagements du gestaltthérapeute et notamment au sein du Collège. En cas de doute, le gestalt-thérapeute doit solliciter l’avis de la CED. En effet, selon les situations, certains conflits relèvent de l’éthique, d’autres de la déontologie.

2 - RESPONSABILITÉ, COMPÉTENCES, DÉVELOPPEMENT ET FORMATION
CONTINUE


a) Le gestalt-thérapeute accepte des patients auxquels sa formation, ses compétences et sa modalité de supervision pourront être utiles. Il n’oblitère pas le fait qu’il a des limites. La conscience de la limite de ses compétences et de ses capacités physiques ou psychiques peut l’amener selon les situations, et de manière non exhaustive :

- à consulter son superviseur,
- à poursuivre une action de formation continue,
- à mettre un terme, en accord avec son patient, à la relation thérapeutique,
- à adresser son patient à un autre professionnel de santé,
- à recourir à un complément de thérapie personnelle,
- à suspendre ou interrompre son activité professionnelle…

b) Le gestalt-thérapeute est garant du cadre. Il en pose les bases, notamment en termes d’honoraires et de fréquence des séances. Il est responsable de la mise au travail d’une possible évolution de ce cadre, en fonction de la situation.

c) La recherche et la publication sont considérées comme des moyens d’approfondissement de l’évolution professionnelle et des moyens de communication nécessaire entre professionnels.

3 - SECURITE

Le gestalt-thérapeute a la responsabilité de prendre les précautions appropriées pour assurer la sécurité de ses patients dans l’environnement physique dans lequel se déroule la gestalt-thérapie.

4 - COLLÉGIALITÉ ET RELATIONS PROFESSIONNELLES

a) Le gestalt-thérapeute se préoccupe du respect confraternel.

b) Si un gestalt-thérapeute estime ou imagine à partir d’une situation vécue personnellement, que le comportement d’un collègue est préjudiciable à l’intégrité de patients, de stagiaires ou de collègues et/ou à la réputation de la profession, il se questionne sur sa propre responsabilité dans ce processus et sur l’opportunité d’interpeller ce collègue pour mettre cette situation au travail.

c) Le processus thérapeutique peut nécessiter d’entrer en contact avec d’autres réseaux de santé, services médicaux-sociaux, psychiatres, etc. …

d) Dans le cadre d’un travail en réseau, le gestalt-thérapeute peut être amené à partager le secret avec d’autres professionnels de la santé. Il s’interroge sur l’opportunité d’en informer le patient. Il a la responsabilité de veiller à la garantie du secret partagé, au fait que les échanges soient au service du processus thérapeutique engagé avec le patient.

Code de déonthologie


INTRODUCTION

Le présent Code a été élaboré par la Commission d’Éthique et de Déontologie en concertation avec le groupe de travail et les adhérents du CEG-t. Il est constitué des règles qui régissent l’exercice de la profession et est signé par tout membre du CEG-t lors de son adhésion.

La CED est à disposition des gestalt-thérapeutes adhérents du Collège et de leurs patients pour examiner tout problème déontologique relevant de sa compétence.

Le règlement intérieur, disponible sur le site internet du CEG-t, définit la procédure à respecter pour saisir la commission en cas de problème. A réception d’une demande avec accusé de réception, adressée au président du CEG-t ou au responsable de la CED, celui-ci ouvre un dossier.

ART. I – Respect et application du Code

I/1- Tout adhérent au CEG-t s’engage à respecter le code de déontologie dans l’exercice de la gestalt-thérapie quelle que soit sa forme (individuelle, groupe…), de la formation et de la supervision.

I/2- Tout adhérent s’engage à respecter le règlement intérieur et les statuts du CEG-t.

I/3- En cas de non respect du présent code de déontologie, le Conseil d’Administration du CEG-t prendra connaissance des dossiers traités par la CED. Il délibérera et votera à la majorité des 2/3 les décisions à prendre : recommandations, suspension ou exclusion (Cf. règlement intérieur).

I/4- Le présent code de déontologie est public.

ART. II – Les relations dans le cadre thérapeutique, supervision, formation

II/1- La relation patient-thérapeute est une relation professionnelle qui veille à prendre soin de l’intégrité du patient et du thérapeute. La dignité humaine, la valeur et la singularité du patient doivent être respectées en toutes circonstances (origines ethnique, sociale, genre, confession religieuse, opinions politiques…).

II/2- Conscient de l’influence que lui confère sa position professionnelle, le gestalt-thérapeute s’interdit tout abus de pouvoir, qu’il soit moral, financier, politique, spirituel ; notamment le thérapeute s’interdit tout acte sexuel dans le cadre de la relation thérapeutique, relation de formation ou de supervision. Le gestalt-thérapeute interdit également le passage à l’acte sexuel entre les participants et tout acte dommageable aux personnes et aux biens durant une séance de groupe, de formation ou de supervision.

II/3- Le gestalt-thérapeute définit explicitement le cadre du travail thérapeutique qui est à l’oeuvre avec son patient. Il en va de même en formation ou en supervision.

ART. III – Confidentialité

III/1- Le gestalt-thérapeute est soumis aux règles usuelles de la confidentialité telles que définies par les lois en vigueur dans le pays de son exercice.

III/2- Le gestalt-thérapeute peut envisager de rompre la clause de confidentialité pour entreprendre une action appropriée lorsque le patient représente un danger pour lui-même ou pour les autres. Il peut le faire après avoir consulté son superviseur ou la CED. Le gestalt-thérapeute informe son patient de cette rupture et des raisons qui la motivent.

III/3- Dans un travail de groupe de thérapie, de formation ou de supervision, le gestalt-thérapeute doit énoncer clairement la règle de confidentialité et veiller à son respect. 5

III/4- Le gestalt-thérapeute veillera à rendre anonyme les données concernant ses patients dans toutes publications et informations à usage public. Notamment, il veillera à ce qu’aucune donnée et aucun élément ne puissent permettre d’identifier le patient évoqué.

III/5- Toute attestation fournie à la demande du patient ne devra comporter que les informations relatives à la durée de la thérapie. Les motifs et les contenus de celle-ci ne doivent pas y figurer.

ART. IV – Supervision

IV/1- Dès le début et tout au long de sa pratique, le gestalt-thérapeute a l’obligation d’une supervision continue, individuelle et/ou de groupe.

ART. V – Responsabilité déontologique civile et pénale

V/1- Tout membre du CEG-t doit informer le Président du Collège dans les situations suivantes : - mise en cause par un patient sur le plan déontologique auprès d’une autre instance professionnelle que le Collège en sa qualité de gestalt-thérapeute, - action civile à sa charge en sa qualité de gestalt-thérapeute, - action pénale contre lui, engagée à quelque titre que ce soit.

V/2- Les membres adhérents ne doivent pas utiliser à des fins personnelles, hors cadre de leurs fonctions de gestalt-thérapeute, leur appartenance au Collège dans des engagements extérieurs professionnels, sociaux, politiques ou autres...

V/3- Informer le public de l’existence de son activité se limite à la description de la formation et des qualifications du gestalt-thérapeute ainsi qu’à la description des services qu’il propose. Cette publicité ne doit pas comporter de témoignages – même anonymes –, ni faire de comparaison, ni insinuer d’aucune façon que les services concernés sont plus efficaces que ceux qui sont fournis par d’autres écoles ou organismes de gestalt-thérapie.

V/4- Le présent Code interdit tout conflit d’intérêt dans les différents engagements sociaux et professionnels des adhérents du Collège.


Annexes à la charte éthique et au code de déontologie du CEG-t (consultables en fin de document - version : AG janvier 2019)